Quiche Lorraine

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est en créant (enfin) un index pour le site de Cook Eaz’ (https://cookeaz.wordpress.com/index/) que j’ai réalisé que cela faisait un petit moment que je n’avais pas publié de recette de plats. Un retour aux basiques s’imposait donc de toute urgence! Classique mais pas moins savoureuse, facile à réaliser, mettez vous en cuisine pour la quiche Lorraine.

Ingrédients :

  • 1 rouleau de pâte brisée ou feuilletée
  • 250 gr de poitrine fumée / de lard / de jambon
  • 3 œufs
  • 200 gr de crème épaisse
  • 1 cuil. à soupe d’huile
  • De la muscade

Recette :

Préchauffez votre four à 210°C. Mettez la pâte dans un moule avec du papier cuisson. Piquez la pâte avec une fourchette.

Coupez la poitrine (ou autre) en bâtonnets. Dans une poêle huilée, faites revenir quelques minutes en remuant. Lorsque les lardons sont croustillants, égouttez-les puis utilisez du papier absorbant pour retirer le surplus de graisse.

Battez les œufs à la fourchette. Assaisonnez et ajoutez de la noix de muscade râpée. Incorporez ensuite la crème sans cesser de battre.

Répartissez les lardons sur la pâte puis versez la préparation à base de crème.  Mettez au four 35 minutes, jusqu’à ce que la quiche soit dorée.

Bon appétit!

Amaretti à la noisette

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nostalgie des vacances surement, je me suis mis en tête de réaliser ces petits biscuits italiens, parfaits pour accompagner un café, ou tout simplement pour finir un repas (ou vous pouvez les offrir également, cela fait toujours plaisir). La recette classique n’inclue pas de noisettes mais seulement des amandes, libre donc à vous d’adapter les portions d’ingrédients. Tout est possible : amande amère, fleur d’oranger, cacao, fruits, poudre de coco, et j’en oublie des dizaines! Petite touche perso (tout à fait facultative) : une demie fève tonka râpée. Cela donne un petit goût de vanille, plus subtil et élaboré en terme de saveur.

Point culture : ce gâteau n’est autre que l’arrière grand-père du macaron. Et oui, la seule grosse différence est que les blanc d’œufs ne sont pas montés en neige et que le sucre n’est pas un sirop de sucre (qui dans les macarons sert à la réalisation de la meringue italienne, qui permet de faire les coques). C’est donc beaucoup plus facile à faire, beaucoup plus compliqué à rater.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ingrédients (pour une quinzaine de biscuits) :

  • 100 gr de sucre
  • 80 gr de poudre d’amande
  • 75 gr de poudre de noisette
  • 2 blancs d’œufs
  • 1/2 cuil. à  café d’extrait d’amande amère (facultatif)
  • Fève tonka (facultatif)

Recette :

Préchauffez votre four à 170°C.

Commencez à battre les blancs d’œufs avec une fourchette jusqu’à ce qu’il blanchissent légèrement.

Ajoutez le sucre, puis la poudre d’amande, puis la poudre de noisette. Mélangez puis ajoutez l’extrait d’amande amère et/ou la fève tonka si vous avez choisi d’en mettre. Mélangez à nouveau.

Recouvrez une plaque de papier sulfurisé. A l’aide de deux cuillères à soupe, donnez à la pâte la forme des biscuits.

Enfournez 12 à 15 min, tout en surveillant régulièrement (les amaretti doivent être légèrement colorés). Faites refroidir sur une grille avant de déguster.

Gin Tonic Pamplemousse Romarin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est la rentrée (et oui déjà), mais cela veut aussi dire lorsqu’on est en études commerciales le retour des soirées (oh HEC…). « De nouveau en Amérique du Nord » devient donc synonyme de party à la bière (seul alcool abordable dans le coin). Néanmoins, j’ai pu glissé une bouteille de spiritueux dans ma valise, pour pouvoir ainsi en profiter de l’autre côté de l’Atlantique! Ayant également eu la chance de participer l’an dernier à un atelier de mixologie, je m’aventure de plus en plus dans les associations de saveurs avec des alcools. Je vous recommande d’ailleurs vivement de jeter un coup d’œil au blog des deux filles qui ont tenu cet atelier, deux québécoises pleines d’énergie qui nous font découvrir les classiques et qui savent les revisiter à la perfection ! (http://1ou2cocktails.com/) Une belle expérience qui a donc abouti à la « création » de ce cocktail (je ne suis surement pas la première à l’avoir fait cela dit).

De plus, il fait encore assez beau pour profiter du soleil avec un cocktail bien rafraîchissant! Etant une inconditionnelle fan du gin, je vous propose aujourd’hui un tonic revisité, légèrement amer et subtil.

Ingrédients (pour un cocktail) :

  • 6 cl de gin (je recommande le Ungava pour ceux qui vivent au Canada)
  • 3 cl de sirop de pamplemousse rose
  • 1 branche de romarin frais
  • Schweppes Tonic
  • Glaçons

Recette :

Remplissez votre verre de glaçons pour qui celui-ci soit bien frais.

Glissez-y la branche de romarin frais (coupée en deux si nécessaire). Ajoutez ensuite le gin, puis le sirop de pamplemousse rose, et finissez en allongeant avec du Tonic.

Rien de plus simple, la recette la plus courte que j’ai publiée jusqu’à présent, et ce n’est pas plus mal, considérant qu’après quelques verres vous ne serez peut-être plus en mesure de lire quoi que ce soit! Bonne soirée !

Fougasse aux olives

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De retour depuis peu à Montréal, l’excitation d’une nouvelle année est bien présente, c’est le moment de revoir ceux qui ont manqué pendant quatre mois. Alors il fallait bien que j’organise un petit apéro, peut être pour me rappeler la France, et quoi de mieux comme occasion pour cuisiner des choses qu’on fait rarement! J’imagine que c’est encore pour me rappeler les vacances d’été que j’ai choisi de préparer une fougasse provençale. La recette qui suit est aux olives, mais les possibilités sont infinies : anchois, tomates confites, fromage, jambon, etc… Prenez-y vous à l’avance car il y a trois heures de repos pour permettre à la pâte de gonfler. Vous pourrez la faire tiédir avant de la servir à vos convives.

Ingrédients : 

  • 300 gr de farine
  • 20 cl d’eau tiède
  • 5 cl d’huile d’olive (plus quelques filets pour la cuisson et le service)
  • 1 sachet de levure chimique (ou 16 gr de levure boulangère fraîche)
  • Olives noires
  • Origan
  • Sel et fleur de sel

Recette :

Dans un saladier, mettez la farine et faites-y un puits. Ajoutez une cuillère à café de sel, la levure,  l’huile et l’eau tiède. Mélangez puis pétrissez énergiquement pendant 15 minutes. Lorsque vous obtenez une boule lisse et souple, couvrez et laissez reposer pendant deux heures.

Aplatissez ensuite la pâte dans une forme ovale, et une épaisseur d’un bon centimètre environ. Appuyez ensuite avec vos doigts pour former des trous (qui recueilleront les olives). Transférez sur une plaque de cuisson, couvrez à nouveau et laissez reposer une heure.

Préchauffez votre four à 200°C. Coupez ensuite la pâte comme présenté ci-après (étirez les trous avec les mains), et appuyez à nouveau avec vos doigts si nécessaire. Disposez ensuite les olives noires, parsemez d’origan et d’un généreux filet d’huile d’olive.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfournez pour une vingtaine de minutes, en surveillant la  coloration. A la sortie du four, arrosez à nouveau d’huile d’olive et mettez de la fleur de sel.

Brownie aux oréos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fini l’été, fini les vacances, fini la France. Après quatre magnifiques mois à travailler (si si je vous jure), voyager et passer du temps en famille, il est déjà temps pour moi de quitter le pays direction Montréal pour un semestre. Petit coup de blues donc et besoin d’un dessert avec un apport sucre/calorie conséquent. C’est trop tard pour préparer le maillot de bain de toute façon, et puis, winter is coming, tout cela sera caché sous une grosse doudoune.

Préparez donc votre estomac pour le brownie aux oréos, recette classique de brownie mais où les noix ont été simplement remplacées par ce petit biscuit. Un gâteau aux gâteaux, cela n’a rien de raisonnable me direz-vous, mais ça ne tue pas!

Ingrédients :

  • 200 gr de chocolat noir à pâtisser
  • 1 boîte de 16 oréos
  • 160 gr de beurre
  • 160 gr de sucre
  • 3 cuil. à soupe de farine
  • 5 œufs

Recette ;

Préchauffez votre four à 180°C.

Faites fondre votre beurre avec le chocolat préalablement coupés en petits morceaux, et mélangez jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse.

Dans un grand saladier, battez vos œufs au moins 5 minutes, jusqu’à ce qu’ils blanchissent et augmentent de volume. Ajoutez le sucre et battez à nouveau. Incorporez le mélange beurre chocolat à la préparation. Ajoutez enfin la farine et mélangez. La préparation doit être homogène. Cassez 5 oréos en morceau et mettez-les délicatement dans la pâte ; mélangez avec une maryse.

Versez dans un moule beurré et disposez des morceaux d’oréos sur le dessus.

Enfournez pour 25 minutes.

Puis régalez-vous !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tarte aux tomates et fromage de chèvre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je fais cette recette depuis déjà un bon bout de temps mais je n’avais tout simplement jamais pris de photos pour en faire un article. C’est après un petit séjour dans le Sud de la France que l’envie de faire cette tarte m’a prise.

Le fond de la tarte est badigeonné d’un mélange de miel et de moutarde, mais la moutarde seule suffit. Il est également possible de rajouter un peu de chapelure afin qu’elle absorbe l’eau des tomates.

Ingrédients :

  • 1 pâte à tarte brisée
  • 4 à 6 tomates (selon la taille, demandez-les charnues et avec peu d’eau)
  • 1 à 2 fromages de chèvre frais (crottin de chavignol)
  • Filet d’huile d’olive
  • Moutarde
  • Miel
  • Herbes et Provence et basilic
  • Sel / poivre

Recette :

Préchauffez votre four à 180°C.

Déroulez la pâte dans un moule à tarte et coupez l’excédent de papier sulfurisé. Piquez ensuite votre pâte avec une fourchette à divers endroits. Dans un bol, mélangez trois cuillères à soupe de moutarde avec une cuillère à soupe de miel (d’acacia ou de chêne de préférence). Répartissez cette préparation dans le fond de la tarte. Coupez ensuite vos tomates en morceaux et épépinez-les. Disposez-les dans le plat. Faites de même avec le chèvre. Versez un filet d’huile d’olive sur la tarte et parsemez d’herbes de Provence.

Enfournez une vingtaine de minute jusqu’à ce que la pâte soit colorée.

Mettez du basilic frais préalablement haché avant de servir ! Bon appétit!

Clafoutis aux cerises

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est l’été, et quoi de mieux qu’un clafoutis pour manger des fruits! C’est aussi délicieux aux mirabelles, ou aux abricots, mais le fait est que je n’avais que des cerises en quantité suffisante pour faire cette recette.

Traditionnellement, les cerises sont mises entières et avec leur noyau dans la préparation, personnellement je les enlève, mea culpa, mon père n’a pas voulu y toucher…Le reste de la famille cependant s’est régalé!

Ingrédients : 

  • 600 gr de cerises
  • 40 gr de beurre
  • 4 œufs
  • 20 cl de lait entier
  • 50 gr de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • Quelques gouttes d’extrait de vanille (facultatif)
  • Sucre glace (facultatif)

Recette : 

Préchauffez votre four à 210°C (pas sur chaleur tournante). Lavez les cerises, puis équeutez-les. Ensuite, dénoyautez-les si comme moi, vous ne suivez pas la tradition !

Pour la suite, faites fondre le beurre. Mélangez dans un saladier la farine, le sucre et le sel. Ajoutez ensuite les œufs un à un, puis le lait, tout en continuant de mélanger. Enfin, c’est au tour du beurre et de l’arôme de vanille de se joindre à la préparation.

Beurrez un plat et disposez les cerises. Versez ensuite la préparation dessus.

Mettez au four 10 min, puis baissez la température à 180°C et cuisez encore 15 à 20 min tout en surveillant la pâte (elle risque de gonfler).

A servir tiède ou froid, légèrement saupoudré de sucre glace !

 

Sablés au parmesan et graines de pavot

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De retour de voyage, je peux désormais consacrer davantage de temps à Cook Eaz’! Des recettes sont en cours, d’autres déjà prêtes à être publiées, et d’autres encore que j’ai hâte de réaliser. Etant en Bretagne pour quelques temps, vous pensez bien que les traditionnelles crêpes au sarrasin et au froment feront l’objet d’un article…Restez donc à l’affût !

Mais aujourd’hui c’est une toute autre préparation que je vous propose : succès des apéros, succès des pique-niques, voici une recette bien pratique pour impressionner vos convives en faisant vous mêmes ces petits sablés salés!

Ingrédients :

  • 50 gr de parmesan
  • 50 gr de graines de pavot (ou 30 gr de graines de pavot et 20 gr de graines de sésame doré)
  • 150 gr de farine
  • 100 gr de beurre ramolli
  • 2 jaunes d’œufs
  • 1 cuil. à café de sel

Recette ;

Mélangez la farine, le parmesan, le sel et les graines de pavot (et de sésame, si vous avez décidé d’en mettre). Ajoutez ensuite les jaunes d’œufs ainsi que le beurre coupé en dés. Mélangez puis frottez la pâte entre vos doigts jusqu’à l’obtention d’une texture sableuse.

Incorporez 3 cL d’eau, mélangez à nouveau avec les mains, puis formez un boudin avec la pâte (qui doit être de la largeur désirée de vos sablés). Mettez-les dans du film alimentaire puis au frigo pendant 15 minutes.

Préchauffez votre four à 200°C.

Coupez en rondelles d’environ 2 cm les boudins, puis placez-les sur une plaque (avec du papier cuisson). Cuisez 10 min de chaque côté. Laissez refroidir avant de servir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Escapade italienne et risotto à la milanaise

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est un article un peu particulier aujourd’hui, puisqu’avant une recette italienne, je souhaite partager avec vous quelques expériences vécues lors de ma récente escapade romaine. Vous pensez bien que je vais vous parler de cuisine et non vous indiquer quels musées visiter. De ce court séjour je retiens quatre adresses, toutes très différentes les unes des autres :

  • Cul de Sac, près de la Piazza Navona. On y retrouve tout de même quelques touristes, mais cette enoteca sans prétention mise sur la qualité : le carpaccio de boeuf a été coupé sous nos yeux, et les raviolis sont eux faits maison. Pour les vins, avec plus de 1000 références vous trouverez forcément votre bonheur, aurez de bons conseils et serez agréablement surpris par le prix. (http://www.enotecaculdesacroma.it/fr/)
  • Casa Copelle, toujours près de la Piazza Navona. Si vous cherchez à vous faire plaisir le soir sans dépenser une somme d’argent déraisonnable, allez à cette adresse. Tout y est bon, gourmand et raffiné. On vous y proposera des plats italiens traditionnels, ou revisités, et vous ne serez pas déçus. Coup de coeur de ce séjour romain. (http://www.casacoppelle.com/ )
  • Ombre Rosse, quartier du Trastevere. C’est un pub, rien d’extraordinaire sur ce point mais il sait se démarquer des autres. A proximité de la magnifique Basilica de Santa Maria in Trastevere, allez y prendre une bière rafraîchissante sur un fond de musique. Vous aurez surement des surprises (quatre belles tartines de bruschetta et des limoncellos offerts pour nous) et serez amusés par les serveurs, sourire aux lèvres et espiègles.
  • Eataly, quartier d’Ostiense. Si vous voulez de beaux produits à ramener d’Italie, c’est ici qu’il faut se rendre. Oui, c’est légèrement excentré, mais ça vaut le coup. Sur pas moins de quatre étages, cette chaîne italienne regroupe épicerie, produits frais, fromages, charcuterie et spécialités italiennes en tout genre. La qualité prime et cela fait plaisir lorsqu’on voit le nombre de pièges à touristes dans la capitale. Vous pouvez également déjeuner sur place (il n’y a pas moins de 19 restaurants et cafés), et déguster les produits vendus dans le magasin. Surveillez l’actualité, une ouverture à Paris de la chaîne serait annoncée pour 2018… (https://www.eataly.com/)
  • Une petite dernière : Dei Gracchi, près de la Piazza del Popolo, une gelateria qui ressemble aux autres, mais où les goûts sont à tomber par terre. Essayez la fraise par exemple, c’est la meilleure que j’ai jamais mangée. (http://www.gelateriadeigracchi.it/ )

Du coup, c’est une recette italienne que je publie, même si la saltimbocca alla romana (https://cookeaz.wordpress.com/2016/06/17/saltimbocca/) aurait été encore plus adaptés à la situation…Mais le risotto à la milanaise est vraiment délicieux et plein de soleil!

Oui, c’est un blog de recettes économiques, mais pas cette fois ! Il faut bien se faire plaisir de temps en temps. J’admets que c’est un petit luxe à s’offrir pour des occasions, puisque le safran est l’épice la plus chère au monde, rien que ça. Pour ceux qui l’ignorent, le safran est en réalité constitué par les stigmates (partie du pistil) d’une plante, le crocus sativus. Particulièrement parfumé, il donne une coloration jaune aux plats. Cette recette est un classique, c’est délicieux, ça se suffit à lui-même ou s’accompagne merveilleusement bien avec les produits de la mer (pourquoi pas des coquilles Saint Jacques, puisque on parle de beaux produits).

Ingrédients (pour 4 personnes) :

  • 250 gr de riz arborio
  • 1 oignon
  • Safran (une pincée de filaments)
  • Huile d’olive
  • Parmesan râpé
  • Bouillon de volaille (au moins 1 litre 5)
  • 1 verre de vin blanc

Recette :

Faites chauffez votre bouillon et laissez-le sur feu doux le temps de la préparation. Mettez les filaments dans un verre et ajoutez-y de l’eau chaude (jusqu’à la moitié du verre)

Dans une grande casserole, chauffez un fond d’huile d’olive et faites revenir les oignons jusqu’à ce qu’ils dorent. Puis ajoutez le riz arborio : mélangez jusqu’à ce qu’il devienne un peu translucide (deux, trois minutes suffisent). Ajoutez du bouillon, de façon à couvrir le riz, ainsi que le verre de vin blanc et mélangez jusqu’à l’absorption du bouillon par le riz. Versez le safran avec son eau, deux ou trois louches de bouillon et mélangez à nouveau jusqu’à l’absorption du bouillon. Répétez cette opération avec le bouillon jusqu’à la ce que le riz soit cuit,, sans cesser de mélanger.

Salez et poivrez. Arrêtez la cuisson lorsque tout le bouillon n’est pas totalement absorbé, de façon à le servir crémeux. Ajoutez le parmesan au moment de servir.

Salade d’endives, roquefort, pomme et noix

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il s’agit probablement de la seule façon de me faire manger des endives : crues et avec pleins de bonnes choses ! C’est un plat que prépare parfois mon père (blogueur également, on se demande de qui je tiens : http://www.cuisinedelamer.com/ ), que je refais avec plaisir de l’autre côté de l’Atlantique lorsque le mal du pays me prend. C’est frais et terriblement gourmand pour une salade, à essayer pendant l’été !

Vous pouvez remplacer le roquefort par un autre fromage bleu, et éventuellement les pommes par des poires, ça fonctionne tout aussi bien.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Trois belles endives
  • 1 pomme verte
  • 1 beau morceau de roquefort
  • Des noix
  • Vinaigrette (au choix)

Recette :

Lavez et tranchez vos endives, puis détaillez votre roquefort en dés. Au dernier moment, pelez votre pomme, puis coupez-la en dés à son tour (si vous ne la préparez pas au dernier moment, réservez les morceaux de pommes dans de l’eau citronnée pour éviter qu’ils ne s’oxydent).

Dans un saladier mélangez les endives, le roquefort, les morceaux de pomme ainsi que les noix. A servir avec une vinaigrette de votre choix.