Brownie aux oréos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fini l’été, fini les vacances, fini la France. Après quatre magnifiques mois à travailler (si si je vous jure), voyager et passer du temps en famille, il est déjà temps pour moi de quitter le pays direction Montréal pour un semestre. Petit coup de blues donc et besoin d’un dessert avec un apport sucre/calorie conséquent. C’est trop tard pour préparer le maillot de bain de toute façon, et puis, winter is coming, tout cela sera caché sous une grosse doudoune.

Préparez donc votre estomac pour le brownie aux oréos, recette classique de brownie mais où les noix ont été simplement remplacées par ce petit biscuit. Un gâteau aux gâteaux, cela n’a rien de raisonnable me direz-vous, mais ça ne tue pas!

Ingrédients :

  • 200 gr de chocolat noir à pâtisser
  • 1 boîte de 16 oréos
  • 160 gr de beurre
  • 160 gr de sucre
  • 3 cuil. à soupe de farine
  • 5 œufs

Recette ;

Préchauffez votre four à 180°C.

Faites fondre votre beurre avec le chocolat préalablement coupés en petits morceaux, et mélangez jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse.

Dans un grand saladier, battez vos œufs au moins 5 minutes, jusqu’à ce qu’ils blanchissent et augmentent de volume. Ajoutez le sucre et battez à nouveau. Incorporez le mélange beurre chocolat à la préparation. Ajoutez enfin la farine et mélangez. La préparation doit être homogène. Cassez 5 oréos en morceau et mettez-les délicatement dans la pâte ; mélangez avec une maryse.

Versez dans un moule beurré et disposez des morceaux d’oréos sur le dessus.

Enfournez pour 25 minutes.

Puis régalez-vous !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tarte aux tomates et fromage de chèvre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je fais cette recette depuis déjà un bon bout de temps mais je n’avais tout simplement jamais pris de photos pour en faire un article. C’est après un petit séjour dans le Sud de la France que l’envie de faire cette tarte m’a prise.

Le fond de la tarte est badigeonné d’un mélange de miel et de moutarde, mais la moutarde seule suffit. Il est également possible de rajouter un peu de chapelure afin qu’elle absorbe l’eau des tomates.

Ingrédients :

  • 1 pâte à tarte brisée
  • 4 à 6 tomates (selon la taille, demandez-les charnues et avec peu d’eau)
  • 1 à 2 fromages de chèvre frais (crottin de chavignol)
  • Filet d’huile d’olive
  • Moutarde
  • Miel
  • Herbes et Provence et basilic
  • Sel / poivre

Recette :

Préchauffez votre four à 180°C.

Déroulez la pâte dans un moule à tarte et coupez l’excédent de papier sulfurisé. Piquez ensuite votre pâte avec une fourchette à divers endroits. Dans un bol, mélangez trois cuillères à soupe de moutarde avec une cuillère à soupe de miel (d’acacia ou de chêne de préférence). Répartissez cette préparation dans le fond de la tarte. Coupez ensuite vos tomates en morceaux et épépinez-les. Disposez-les dans le plat. Faites de même avec le chèvre. Versez un filet d’huile d’olive sur la tarte et parsemez d’herbes de Provence.

Enfournez une vingtaine de minute jusqu’à ce que la pâte soit colorée.

Mettez du basilic frais préalablement haché avant de servir ! Bon appétit!

Clafoutis aux cerises

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est l’été, et quoi de mieux qu’un clafoutis pour manger des fruits! C’est aussi délicieux aux mirabelles, ou aux abricots, mais le fait est que je n’avais que des cerises en quantité suffisante pour faire cette recette.

Traditionnellement, les cerises sont mises entières et avec leur noyau dans la préparation, personnellement je les enlève, mea culpa, mon père n’a pas voulu y toucher…Le reste de la famille cependant s’est régalé!

Ingrédients : 

  • 600 gr de cerises
  • 40 gr de beurre
  • 4 œufs
  • 20 cl de lait entier
  • 50 gr de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • Quelques gouttes d’extrait de vanille (facultatif)
  • Sucre glace (facultatif)

Recette : 

Préchauffez votre four à 210°C (pas sur chaleur tournante). Lavez les cerises, puis équeutez-les. Ensuite, dénoyautez-les si comme moi, vous ne suivez pas la tradition !

Pour la suite, faites fondre le beurre. Mélangez dans un saladier la farine, le sucre et le sel. Ajoutez ensuite les œufs un à un, puis le lait, tout en continuant de mélanger. Enfin, c’est au tour du beurre et de l’arôme de vanille de se joindre à la préparation.

Beurrez un plat et disposez les cerises. Versez ensuite la préparation dessus.

Mettez au four 10 min, puis baissez la température à 180°C et cuisez encore 15 à 20 min tout en surveillant la pâte (elle risque de gonfler).

A servir tiède ou froid, légèrement saupoudré de sucre glace !

 

Sablés au parmesan et graines de pavot

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De retour de voyage, je peux désormais consacrer davantage de temps à Cook Eaz’! Des recettes sont en cours, d’autres déjà prêtes à être publiées, et d’autres encore que j’ai hâte de réaliser. Etant en Bretagne pour quelques temps, vous pensez bien que les traditionnelles crêpes au sarrasin et au froment feront l’objet d’un article…Restez donc à l’affût !

Mais aujourd’hui c’est une toute autre préparation que je vous propose : succès des apéros, succès des pique-niques, voici une recette bien pratique pour impressionner vos convives en faisant vous mêmes ces petits sablés salés!

Ingrédients :

  • 50 gr de parmesan
  • 50 gr de graines de pavot (ou 30 gr de graines de pavot et 20 gr de graines de sésame doré)
  • 150 gr de farine
  • 100 gr de beurre ramolli
  • 2 jaunes d’œufs
  • 1 cuil. à café de sel

Recette ;

Mélangez la farine, le parmesan, le sel et les graines de pavot (et de sésame, si vous avez décidé d’en mettre). Ajoutez ensuite les jaunes d’œufs ainsi que le beurre coupé en dés. Mélangez puis frottez la pâte entre vos doigts jusqu’à l’obtention d’une texture sableuse.

Incorporez 3 cL d’eau, mélangez à nouveau avec les mains, puis formez un boudin avec la pâte (qui doit être de la largeur désirée de vos sablés). Mettez-les dans du film alimentaire puis au frigo pendant 15 minutes.

Préchauffez votre four à 200°C.

Coupez en rondelles d’environ 2 cm les boudins, puis placez-les sur une plaque (avec du papier cuisson). Cuisez 10 min de chaque côté. Laissez refroidir avant de servir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Escapade italienne et risotto à la milanaise

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est un article un peu particulier aujourd’hui, puisqu’avant une recette italienne, je souhaite partager avec vous quelques expériences vécues lors de ma récente escapade romaine. Vous pensez bien que je vais vous parler de cuisine et non vous indiquer quels musées visiter. De ce court séjour je retiens quatre adresses, toutes très différentes les unes des autres :

  • Cul de Sac, près de la Piazza Navona. On y retrouve tout de même quelques touristes, mais cette enoteca sans prétention mise sur la qualité : le carpaccio de boeuf a été coupé sous nos yeux, et les raviolis sont eux faits maison. Pour les vins, avec plus de 1000 références vous trouverez forcément votre bonheur, aurez de bons conseils et serez agréablement surpris par le prix. (http://www.enotecaculdesacroma.it/fr/)
  • Casa Copelle, toujours près de la Piazza Navona. Si vous cherchez à vous faire plaisir le soir sans dépenser une somme d’argent déraisonnable, allez à cette adresse. Tout y est bon, gourmand et raffiné. On vous y proposera des plats italiens traditionnels, ou revisités, et vous ne serez pas déçus. Coup de coeur de ce séjour romain. (http://www.casacoppelle.com/ )
  • Ombre Rosse, quartier du Trastevere. C’est un pub, rien d’extraordinaire sur ce point mais il sait se démarquer des autres. A proximité de la magnifique Basilica de Santa Maria in Trastevere, allez y prendre une bière rafraîchissante sur un fond de musique. Vous aurez surement des surprises (quatre belles tartines de bruschetta et des limoncellos offerts pour nous) et serez amusés par les serveurs, sourire aux lèvres et espiègles.
  • Eataly, quartier d’Ostiense. Si vous voulez de beaux produits à ramener d’Italie, c’est ici qu’il faut se rendre. Oui, c’est légèrement excentré, mais ça vaut le coup. Sur pas moins de quatre étages, cette chaîne italienne regroupe épicerie, produits frais, fromages, charcuterie et spécialités italiennes en tout genre. La qualité prime et cela fait plaisir lorsqu’on voit le nombre de pièges à touristes dans la capitale. Vous pouvez également déjeuner sur place (il n’y a pas moins de 19 restaurants et cafés), et déguster les produits vendus dans le magasin. Surveillez l’actualité, une ouverture à Paris de la chaîne serait annoncée pour 2018… (https://www.eataly.com/)
  • Une petite dernière : Dei Gracchi, près de la Piazza del Popolo, une gelateria qui ressemble aux autres, mais où les goûts sont à tomber par terre. Essayez la fraise par exemple, c’est la meilleure que j’ai jamais mangée. (http://www.gelateriadeigracchi.it/ )

Du coup, c’est une recette italienne que je publie, même si la saltimbocca alla romana (https://cookeaz.wordpress.com/2016/06/17/saltimbocca/) aurait été encore plus adaptés à la situation…Mais le risotto à la milanaise est vraiment délicieux et plein de soleil!

Oui, c’est un blog de recettes économiques, mais pas cette fois ! Il faut bien se faire plaisir de temps en temps. J’admets que c’est un petit luxe à s’offrir pour des occasions, puisque le safran est l’épice la plus chère au monde, rien que ça. Pour ceux qui l’ignorent, le safran est en réalité constitué par les stigmates (partie du pistil) d’une plante, le crocus sativus. Particulièrement parfumé, il donne une coloration jaune aux plats. Cette recette est un classique, c’est délicieux, ça se suffit à lui-même ou s’accompagne merveilleusement bien avec les produits de la mer (pourquoi pas des coquilles Saint Jacques, puisque on parle de beaux produits).

Ingrédients (pour 4 personnes) :

  • 250 gr de riz arborio
  • 1 oignon
  • Safran (une pincée de filaments)
  • Huile d’olive
  • Parmesan râpé
  • Bouillon de volaille (au moins 1 litre 5)
  • 1 verre de vin blanc

Recette :

Faites chauffez votre bouillon et laissez-le sur feu doux le temps de la préparation. Mettez les filaments dans un verre et ajoutez-y de l’eau chaude (jusqu’à la moitié du verre)

Dans une grande casserole, chauffez un fond d’huile d’olive et faites revenir les oignons jusqu’à ce qu’ils dorent. Puis ajoutez le riz arborio : mélangez jusqu’à ce qu’il devienne un peu translucide (deux, trois minutes suffisent). Ajoutez du bouillon, de façon à couvrir le riz, ainsi que le verre de vin blanc et mélangez jusqu’à l’absorption du bouillon par le riz. Versez le safran avec son eau, deux ou trois louches de bouillon et mélangez à nouveau jusqu’à l’absorption du bouillon. Répétez cette opération avec le bouillon jusqu’à la ce que le riz soit cuit,, sans cesser de mélanger.

Salez et poivrez. Arrêtez la cuisson lorsque tout le bouillon n’est pas totalement absorbé, de façon à le servir crémeux. Ajoutez le parmesan au moment de servir.

Salade d’endives, roquefort, pomme et noix

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il s’agit probablement de la seule façon de me faire manger des endives : crues et avec pleins de bonnes choses ! C’est un plat que prépare parfois mon père (blogueur également, on se demande de qui je tiens : http://www.cuisinedelamer.com/ ), que je refais avec plaisir de l’autre côté de l’Atlantique lorsque le mal du pays me prend. C’est frais et terriblement gourmand pour une salade, à essayer pendant l’été !

Vous pouvez remplacer le roquefort par un autre fromage bleu, et éventuellement les pommes par des poires, ça fonctionne tout aussi bien.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Trois belles endives
  • 1 pomme verte
  • 1 beau morceau de roquefort
  • Des noix
  • Vinaigrette (au choix)

Recette :

Lavez et tranchez vos endives, puis détaillez votre roquefort en dés. Au dernier moment, pelez votre pomme, puis coupez-la en dés à son tour (si vous ne la préparez pas au dernier moment, réservez les morceaux de pommes dans de l’eau citronnée pour éviter qu’ils ne s’oxydent).

Dans un saladier mélangez les endives, le roquefort, les morceaux de pomme ainsi que les noix. A servir avec une vinaigrette de votre choix.

Porc, sauce à l’épine vinette et pommes de terre sautées

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Peu de gens connaissent l’épine vinette, et si vous ne parvenez pas à vous en procurez, il est tout à fait possible de réaliser cette recette avec des canneberges, puisqu’il s’agit aussi d’une baie.  Point culture : de la famille des berbéridacées (Et oui, ça existe), l’épine vinette est une plante couverte d’épines dont les baies ont des vertus médicinales, mais il s’agit seulement des baies, puisque le reste de la plante contient des substances toxiques (donc toutes les petites boules rouges dans la nature ne sont pas forcément mortelles). Avec un goût acidulé, elle est principalement utilisée dans la cuisine orientale.

Berberis-vulgaris

Assez bavardé, passons aux choses sérieuses !

Ingrédients (pour 2 personnes) :

  • 2 morceaux de porc (escalope, côtelettes, ou autre selon vos envies)
  • 4 à 6 pommes de terre, selon leur taille
  • 1 à 2 cuil. à soupe d’épine vinette séchée
  • 2 à 3 cuil. à soupe de crème.
  • Beurre

Recette ;

Commencez par mettre les baies d’épine vinette dans un verre d’eau tiède pour qu’elles gonflent (elles sont vendues séchées en général).

Lavez vos pommes de terre et pelez-les. Coupez-les ensuite en petits cubes. Dans une poêle beurrée (très, très beurrée, soyez généreux, c’est pour ça que c’est bon), placez les pommes de terre à cuire sur feu moyen. Mélangez régulièrement jusqu’à ce qu’elles soient cuites, puis mettez quelques minutes sur feu fort pour dorer les pommes de terre. Maintenez au chaud le temps de préparer la viande.

Cuisez votre viande avec un peu de beurre dans une poêle. Lorsque c’est fait, gardez-la au chaud le temps de réaliser la sauce. Dans la poêle avec le jus de viande, ajoutez l’épine vinette et remuer pendant deux minutes, puis ajoutez la crème. Lorsque qu’elle commence à frémir, laissez-là réduire une minute. La sauce est prête.

Vous pouvez servir !

Cookies comme au Subway

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Testée et approuvée, après plusieurs essais décevants, voici enfin la recette qui se rapproche le plus des cookies Subway ! Rapide à faire, rapide à cuire, rapide à manger… Trop rapide à manger même, je vous mets au défi de ne pas vous laisser tenter par une portion non raisonnable de pâte alors qu’elle est encore crue ! Vous m’avez comprise, c’est encore pire que de la gourmandise, à faire pour les vrais amis, ceux qui le méritent !

Ingrédients :

  • 100 gr de cassonade
  • 60 gr de sucre
  • 100 gr de beurre
  • 180 gr de farine
  • 1 œuf
  • 1 cuil. à café de bicarbonate de soude (ou un tiers de sachet de levure)
  • 120 gr de chocolat noir (ou de noix de macadamia ou de smarties)
  • 1 cuil. à café d’arôme de vanille

Recette ;

Préchauffez votre four à 180°C.

Mélangez le beurre ramolli (pas fondu) avec la cassonade et le sucre jusqu’à l’obtention d’une crème. Ajoutez l’œuf ainsi que la vanille liquide. Incorporez ensuite la farine, le bicarbonate de sodium (ou la levure), une pincée de sel, et mélangez bien (il est possible d’ajouter du cacao en poudre à ce moment).

Ajoutez le chocolat préalablement coupé en pépites (ou les noix de macadamia, ou les smarties).

Sur une plaque non graissée, confectionnez 6 boules de pâte (l’équivalent d’une cuillère à soupe par portion), et faire cuire 9 minutes.

Ils seront encore mous en sortant du four, il vous faut les placer sur une assiette /grille pour qu’ils refroidissent et durcissent. Ils resteront néanmoins bien moelleux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bon appétit !

 

Saltimbocca

IMG_5584

La perspective d’un voyage en Italie est à l’origine de la publication d’aujourd’hui ; c’est en effet à Rome, où je me rends prochainement, que ce plat est réputé, et est désormais présent sur la carte de la plupart des restaurants de la capitale. Rien de plus simple que cette recette italienne, un régal pour les papilles, un vrai pêché de gourmandises… Ces « saute-en-bouche » se mangent avec des pâtes, ou même seuls lors d’un apéritif grâce à leur côté finger-food.

Ingrédients :

  • Escalopes de veau très fines (ou de dinde, de poulet, ou de porc même si cela fâche les puristes)
  • Des feuilles de sauge fraîche
  • Jambon de Parme
  • Des piques / petite brochettes
  • Vin blanc (facultatif)
  • Beurre pour la cuisson

Recette :

Commencez par aplatir vos escalopes de veau entre deux feuilles de papier cuisson avec un rouleau à pâtisserie. Ensuite coupez-les en forme de rectangle légèrement plus longs que vos piques. Disposez ensuite une feuille de sauge sur chaque morceau d’escalope. Coupez ensuite votre jambon également en rectangle, de la même taille que l’escalope. Placez ensuite le jambon par-dessus la feuille de sauge.

On récapitule : escalope, puis feuille de sauge, puis jambon. Plutôt simple vous l’admettrez…

Ensuite, avec votre pique, embrochez chaque saltimbocca de façon à enserrer la feuille de sauge entre la viande et le jambon (voir photo).

Lorsque vous avez tout préparé mettez-les à cuire, d’abord une minute du côté du jambon dans une poêle chaude et beurrée, puis jusqu’à cinq minutes côté viande (Adaptez le temps de cuisson en fonction de la viande que vous avez choisie, la cuisson du porc notamment est plus longue). Si vous avez choisi d’utiliser du vin blanc, il sert  pour faire un jus : 10 à 20 cL suffisent. Lorsqu’elles sont cuites, enlevez les saltimbocca de la poêle et tenez les au chaud ; faites ensuite votre jus en déglaçant la poêle avec le vin blanc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Servez immédiatement, à manger avec les doigts !

 

Sangria Rouge

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’été est là, (bien que la pluie menace encore la région parisienne…), alors il fallait bien que Cook Eaz’ se remette au travail pour vous proposer des recettes estivales ! Après une année dans le froid du Québec, c’est à présent un séjour en Espagne qui m’attend. Ceci est encore loin, mais j’ai tout de même voulu m’essayer à la sangria. Vous trouverez surement que c’est un cliché mais c’est pourtant un verre de cette boisson à la main que je m’imagine dans quelques mois, tapas et tortillas sur une table, baragouinant quelques mots devant un spectacle de flamenco…Avouez que c’est tout de même plus attrayant que moins vingt degrés Celsius, dans l’hiver montréalais à manger une poutine dans mon appartement sans cheminée !

Mais on s’éloigne du sujet ! La sangria que je vous présente aujourd’hui ne suit pas strictement la recette, mais elle vous permettra d’échapper à la grisaille, de célébrer les beaux jours, ou comme moi, de vous évader.

Ingrédients :

  • 1 bouteille de vin rouge (75 cL)
  • Du rhum brun (75 mL), à défaut de cognac et de porto dans mes placards
  • Du jus d’orange ( 50 cL )
  • Des fruits coupés : orange, citron, pamplemousse, pêche, fraise, etc…
  • Soda au gingembre ou eau gazeuse
  • 1 bâton de cannelle (facultatif)

Recette :

Tout d’abord prenez soin de bien choisir le saladier dans lequel vous allez préparer votre sangria, de façon que celui-ci puisse recevoir jusqu’à deux litres de contenant (1,5L au minimum, en fonction de votre quantité de fruits).

Commencez par couper en tranches ou en quartiers vos fruits préalablement rincés.

Dans le saladier, mélangez le vin, le rhum, le jus d’orange, ainsi que les fruits.

Laissez refroidir une heure au réfrigérateur.

Dans un verre avec des glaçons, versez jusqu’aux trois quarts, puis allongez avec le soda au gingembre.

A boire très frais, et avec modération naturellement…